Richard Mille : une carrière courte exceptionnelle

Home/Corporate/Richard Mille : une carrière courte exceptionnelle
Guynemer Spad Vieux Charles

La jeune entreprise de montres de luxe Richard Mille, fondée en 2001, dispose néanmoins de ressources techniques et humaines exceptionnelles. Richard Mille le créateur, peut se vanter d’avoir réalisé une belle aventure…

Richard Mille : remonter aux origines de la genèse

richard-milleRichard Mille voit le jour à Draguignan, dans le Var, en 1951. A l’âge de 20 ans, il part au Royaume-Uni et y apprend la langue de Shakespeare. Il intègre ensuite l’IUT de Besançon pour y étudier le marketing. Il décroche en 1974 un poste de responsable du service exportation, au sein de Finhor, une entreprise horlogère française située à Villers-le-Lac.

A l’issue du rachat de la société par Matra, Richard Mille obtient une promotion et devient directeur des exportations pour l’ensemble des marques horlogères du groupe. Il part ensuite chez Mauboussin, Place Vendôme, dans les années 1990.

Il y devient alors actionnaire et directeur général pour la division horlogerie. Sa fonction lui permet alors de s’impliquer de façon personnelle dans le processus de création des montres, alors qu’il décide de nouer une collaboration active avec les meilleurs fabricants de mouvements en Suisse. A partir de 1999, Richard Mille décide de créer sa marque personnelle de montres de luxe. Sa grande expérience accumulée, ainsi que les nombreux contacts noués dans la profession l’incite par la suite à se lancer dans une carrière solitaire à partir de 2001.

Richard Mille : le lancement en 2001

A partir de 2001, un premier modèle est présenté officiellement au public. Il s’agit du modèle de la collection RM 001. La volonté de Richard Mille est alors d’aller plus loin en matière d’excellence. Pour les besoins de la collection RM 001 (estimée pour une valeur de 200 000 euros), il trouve appui auprès d’amis tels Laurent Picciotto et Dominique Guénat et profite du savoir-faire de Renaud et Papi, célèbre fabricant des mouvements Audemars Piguet.

Le succès est immédiat et deviendra une habitude. Entre 2001 et 2006, les demandes explosent et 15 nouveaux modèles apparaissent, dotés de richard-mille-rm012-wwgspécificités surprenantes. On peut citer par exemple la conception du tourbillon RM 008, d’une conception extrême, considérée comme l’aboutissement d’une technique de très haute précision.

Réputée dès le départ pour son élitisme, Richard Mille effectue progressivement des choix de parrainage tournés vers l’univers du sport. Un partenariat avec Felipe Massa, pilote de Formule 1 en 2004 et 2005 est l’occasion de développer des matériaux légers et performants. A cette occasion, Richard Mille lui dédie les modèles RM 006 et RM 009. En 2007, la RM 012, dotée d’un mouvement tubulaire architectural unique, reçoit l’Aiguille d’Or lors du Grand Prix de l’Horlogerie de Genève.

En 2010, le champion de tennis Raphael Nadal remporte les tournois de Roland Garros, de Wimbledon et de l’US Open une Richard Mille RM027 au poignet. Dix ans après la fondation de l’entreprise, Richard Mille peu se vanter d’avoir produit près de 2 500 montres, proposées entre 36 500 et 655 000 euros. Ces objets quittent chaque année les ateliers des Breuleux, dans le Jura suisse. Richard Mille affiche aujourd’hui un chiffre d’affaires équivalent à 76 millions d’euros.

Par

Rédacteur de métier et contributeur de la première heure de WWG, il à toujours apprécié les belles mécaniques de l'horlogerie et leur histoire.

Leave a Comment