Rolex : entre envergure et élégance

Home/Événements/Salons/Rolex : entre envergure et élégance
Guynemer Spad Vieux Charles

Impossible d’évoquer le plus grand salon de l’horlogerie haut de gamme sans parler de Rolex et sa nouvelle collection, fièrement représentée dans un nouvel espace dédié, toujours plus somptueux. Au programme : le nouveau chronographe Daytona, GMT-Master II, Yacht-Master II, Day-Date, Day-Date sertie et la Lady-Datejust Pearlmaster.

Ancrages historiques et évolutions esthétiques

L’impérieuse présence du nouveau stand Rolex a marqué les cœurs et les esprits, lors du tout dernier salon mondial de l’horlogerie de luxe. Baselworld 2013 accueillait en effet la légendaire manufacture dans un cadre remanié, aux courbes modernes et dynamiques. Il faut dire que Rolex est chouchouté dans ce type de manifestation, puisque la marque historique fréquente le salon depuis 1939, date à laquelle un premier stand de 30 mètres carrés fut inauguré à l’occasion de la foire de Bâle. Le nouvel espace Rolex 2013 abritait ainsi près de 1230 mètres carrés, soit 40% de plus que le stand précédent. L’occasion pour la marque prestigieuse de s’élever, au sens le plus stricte du terme : le stand de Rolex gagne ainsi un étage supplémentaire et s’élève finalement sur trois niveaux, pour une hauteur totale de 9 mètres. Il a été possible d’augmenter le nombre de salons de vente ainsi que les espaces de rencontre, tandis qu’un bar et un restaurant de 40 places était accessible au public. Autrement dit, il était difficile de passer à côté de ce monument qui trônait, comme auparavant, au cœur de la nouvelle Halle 1 de Baselword. Imaginé et conçu en interne par le département décoration intérieure du groupe Rolex, le stand et sa thématique tournaient cette année autour d’une couleur acrylique vert, censée évoquer les ondulations perpétuelles du monde marin. Cette évolution n’est pas innocente, puisqu’elle accompagne l’univers de l’Oyster, l’une des références fétiche du groupe.

Des nouveautés certifiées par le COSC

La célèbre marque à la couronne allie brillamment l’esthétique à la technologie. Pour exemple, le chronographe Daytona, référence historique chez Rolex, est habillée en 2013 du plus noble des métaux précieux, le platine 950. Fabienne Reybaud, grand reporter au journal Le Figaro et présente sur le stand Rolex, évoque une “version très précieuse, assez habillée”. Celle-ci est également pourvu d’une lunette Cerachrom monobloc de couleur marron ainsi que d’un cadran bleu glacier. Le boitier Oyster de 40 mm est garanti étanche jusqu’à 100 mètres de profondeur. Cet apparat très spécial est là pour fêter les 50 ans de l’Oyster Perpetual Cosmograph Daytona, que Paul Newman affectionnait particulièrement. La Rolex Oyster Perpetual GMT-Master II est quand à elle munie d’un second fuseau horaire. La lunette bicolore noire et bleue en céramique, apporte une profondeur unique au modèle. Le boîtier est conçu dans un superalliage d’acier inoxydable, le tout dans une finition satinée et polie. Évoquons enfin la collection Rolex Oyster Perpetual Day-Date, dont les coloris traversent le temps et les modes : on retrouve des déclinaisons vert ou cognac pour la version or jaune, bleu ou cerise pour la version or gris, et chocolat ou rhodium classique avec bracelet noir pour les boîtiers en or Everose.. Ces chronomètres sont certifiés COSC, la société Suisse de chronométrie.

Un petit dernier du côté des gagnants

La marque horlogère Tudor (qui appartient avec Rolex à la Fondation Wilsdorf) a pu profiter des réaménagements du stand Rolex pour augmenter sa visibilité et disposer ainsi de son propre espace d’accueil de 200 mètres carrés. Philippe Peverelli, le directeur général de Tudor, se réjouit de cette nouveauté, alors que l’occasion se profile de réediter un ancien modèle de 1973, la Heritage Chrono Blue. Cette jolie pièce pourrait fort bien revenir à la mode, avec son bracelet en tissu et sa dominante chromatique d’un bleu intense.

Par

Rédacteur de métier et contributeur de la première heure de WWG, il à toujours apprécié les belles mécaniques de l'horlogerie et leur histoire.

Leave a Comment